27 déc

Blasphèmes : la révolte des religions


Lien pour écouter le podcast de ce sujet au format mp3

 

Catholiques, musulmans, juifs et autres pratiquant du monde entier remettent aujourd’hui en question le principe de liberté d’expression. En effet, depuis un certain temps, il semble impossible de rire ou de critiquer quelque croyance que ce soit. Pièce de théâtre ou articles de journaux se retrouvent sur le banc des accusés, à la différence près qu’ils n’ont même pas le droit de se défendre.

 

Comme le dit l’adage : la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ! J’en déduit donc qu’un auteur peut donner un spectacle, mettant en cause des fondements religieux, dans le cadre privé et accompagné d’un public avertit. En revanche, si des manifestants contestent l’artiste au milieu de la rue, faisant part de leur position aux passant, il est évident que ce sont ces derniers qui dépassent les frontières en imposant leur opinion à des personnes ne désirant pas être impliqués dans la polémique.

 

J’ai même eu l’occasion d’entendre un député UMP parler de provocation inadmissible envers la communauté catholique (il parlait ici des catholiques, mais cela pourrait s’appliquer à tout autre religion). J’aimerais rappeler à ce monsieur qu’en matière de provocation et de violence, aucun artiste ne pourra jamais égaler les religieux ! Faut-il parler du nombre de guerres et de morts découlant directement de la religion ? Sachant que le phénomène perdure depuis toujours et est encore extrêmement actif de nos jours.

 

Non, je crois qu’il faut arrêter d’accuser les artistes, journalistes ou autres libres penseurs. Je respecte les croyants, ma mère l’est elle-même, ainsi que d’autres personnes qui m’entourent, sans distinction au niveau de la manière de vénérer « dieu ». Cependant, « respecter » ne veut pas dire se laisser dicter sa propre attitude dans le but de toujours donner raison à autrui. La solution est pourtant évidente ; il suffit que les croyants n’aillent pas voir les pièces de théâtre qui les dérange, ou ne lisent pas les articles qui ne vont pas dans leur sens, tout comme nous, les non croyants, nous avons décidé de ne pas aller dans une église, une mosquée ou un temple. Je n’irai jamais manifester devant une église dans le but d’imposer ma façon de penser, en criant à qui veut l’entendre que les dogmes de l’église sont un blasphème envers ma croyance artistique. Soyons sérieux !

 

Pour conclure je rappellerai cette phrase de Pierre Desproges  : « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. » Malheureusement, cette citation pourrait être écrite de centaine de nouvelles façons, en remplaçant le mot « rire » par « parler », « débattre », « s’insurger » et même « rêver »… A vous de placer votre propre mot, en essayant de ne pas pleurer sur une société où la laïcité n’est plus qu’un mensonge électoral. En attendant, il n’y a plus qu’une chose à faire : continuer de lutter pour notre liberté d’expression ; même si à ce rythme on risque de très bientôt voir les scientologues censurer nos films, musiques, dessins et j’en passe.


Laissez un effet papillon (mais la réponse est 42)

Si tu veux que ce soit plus simple la prochaine fois : Inscription






Si t'en veux plus c'est par là


> Caricature de Mahomet, de Jésus et de bouddha > sakura : recherche importante > Critique manga – ikigami préavis de mort > Y’a des jours avec et… des jours sans > …..::::: Lettre 1 sur 5 : l’arrivée :::::…..