21 jan

Hadopi.fr urgent ! piratage… le coût et la logique


Je vais faire un article très court mais très facilement compréhensible, même par les fous qui pourraient encore soutenir la loi hadopi. Deux sources vont êtres utilisées pour cette article : zdnet et son article sur le coût annoncé ainsi que le figaro et son article présentant les dossiers qui vont être envoyés par l’Hadopi.

 

En lisant tout ceci, nous constatons que l’Hadopi a coutée 12 000 000 d’euros aux français durant l’année 2011 ; et que durant cette même année, des millions de mails d’avertissements auraient soit disant été envoyés, suivi de milliers de lettres, pour enfin en arriver à la mise en place de dossiers de « jugements » pour 160 personnes. Alors allons-y, maintenant que nous possédons ces informations, faisons un petit calcul : 12 000 000 / 160 = 75000 euros par personne. Et pour que ce soit plus parlant pour tout le monde, dites-vous que 75000 euros c’est approximativement l’équivalent de 68 mois (soit 5 ans et 8 mois) de smic net pour un travailleur ! On ramnène ça à une année : 68 / 12 = 5.7 puis 160 x 5.7 = 912 … L’Hadopi a donc potentiellement privée 912 personnes (909 si l’on fait un calcul plus simple mais plus juste) d’un emploi assuré durant 1 an ; et ceci pour permettre à des personnes n’ayant vraiment aucun soucis d’argent d’en gagner encore un peu plus. Je rappel également que rien n’affirme que ces 160 personnes ne soient pas entièrement relaxées durant le procès, puisque la loi hadopi est encore sujette à de nombreuses discussions, et que les juges ont déjà souvent avancés qu’elle était inapplicable.

 

Et puis finalement, l’état n’a-t-il pas lui-même légalisé le piratage ? Oui, ils ont instauré une taxe sur les supports numériques allant directement remplir les caisses des ayants droits dans les divers domaines de la culture ! A partir du moment où nous sommes obligés de payer les artistes par ce biais, il y a légitimation du piratage. Lorsque j’achète un DVD vierge pour transmettre une réalisation à l’un de mes clients, je donne de l’argent aux artistes ! Ce qui est encore plus paradoxal est que si je réalise une vidéo de présentation d’un établissement et que je la grave sur DVD, alors on me prend une partie des gains de ma réalisation artistique pour la donner à une multinationale. Ceci nous menant immanquablement au dernier point : on cherche à protéger les grands artistes, mais finalement tout le monde se fout royalement des petits artistes qui eux auraient vraiment besoin de soutien ! Bravo Nicolas, encore un bel exemple de tes engagements envers les plus riches et les mieux lotis.

 

Je note aussi que François Hollande désir créer une taxe sur les F.A.I. dans le but de financer les auteurs (et puis arrêtons l’hypocrisie, puisque les maisons d’édition, de production, de disques et autres gagnent beaucoup plus que les artistes eux-même). Sachez, M. Hollande, que cette idée est exactement celle de la licence globale, et que le jour où ceci sera fait, il n’y aura plus de retour en arrière possible, le piratage d’œuvres sera entièrement justifié. D’ailleurs, la licence globale est exactement ce qu’attendent les gens. Nous sommes prêt à payer une somme tous les mois afin de nous ouvrir au monde de l’art ! Tout le monde sait qu’il s’agit du seul modèle économique viable pour le futur ; seules les multinationales de la culture continues de s’accrocher à un vieux modèle obsolète.

 

Oui, les artistes doivent pouvoir vivre de ce qu’ils font ! Oui, ils méritent que leur travail leur permette de se nourrir et de se loger ; mais dans ce cas, parlons de tous les artistes, pas seulement de ceux qui nous sont imposés par la radio, la télévision ou tout autre type de média entièrement contrôlé. Car il n’y a aucune égalité des chances dans le monde artistique d’aujourd’hui, et tout ce qui est mis en place n’a pour seule et unique but que de préserver les plus riches, les plus pistonnés et les plus dociles face au système. Donc non, je ne défends pas et ne défendrai jamais le piratage, je défends simplement le fait que les solutions misent en place pour le contrer sont totalement archaïque et en opposition total avec la société actuelle. La majorité des gens se disent être prêt à payer si l’offre proposée est logique, équilibrée et en accord avec le principe d’accessibilité de la culture.

 

Moi aussi je suis un tout petit artiste qui vend quelques créations et n’aimerait pas se les faire voler ; mais je fais aussi parti de ceux dont se foutent royalement les multinationales. Je vous invite donc à partager cet article avec un maximum de personnes, sans oublier de citer la source de celui-ci, car je vous le promet, je ne toucherai aucun euro pour son écriture.

 

hadopi-piratage-riposte


Laissez un effet papillon (mais la réponse est 42)

Si tu veux que ce soit plus simple la prochaine fois : Inscription






Si t'en veux plus c'est par là


> La crise 2 : le retour > Parlons un peu du 14 juillet ! > L’Elysée télécharge illégalement ? > Hommage aux Gothic, sweet et autres Lolitas > Blasphèmes : la révolte des religions