25 jan

La pensée du soir – 6


Putain de fatigue qui annihile nos envies et noircie notre cœur. On bouge de gauche à droite, puis de droite à gauche, toujours à la recherche de quelque chose de nouveau, d’un besoin inexplicable ; mais lorsque l’on trouve enfin l’objet de notre quête, tous les efforts réalisés pour y arriver nous empêchent de l’accepter. On s’enfonce alors encore un peu plus loin dans ces abysses, tout en sachant qu’à la fin nous n’aurons d’autres choix que de nous endormir.


17 jan

La pensée du soir – 6


Quand tu en arrive à être heureux de recevoir une publicité via mail ou SMS, c’est qu’il faut grandement t’interroger sur ce petit sentiment de solitude qui vient parfois titiller ton esprit.


17 jan

La pensée du soir – 6


Avoir une pensée du soir à 12h54 c’est un peu comme se taper un apéritif au alentour de 9h du matin ! Tu sais que ça ne se fait pas, mais tu peux pas t’en empêcher. La seule vrai différence c’est qu’avec les pensées du soir, t’as moins de risque de vomir au bout de la vingtième ; encore que, quand on y pense bien, c’est même pas certain.


14 jan

…..::::: Lettre 5 sur 5 : comprendre :::::…..


Mon amour,

Tout est si clair maintenant et je ne peux aucunement t’en vouloir ; je suis le seul responsable de cette situation qui m’a tant fait souffrir. Comment ais-je pu douter de tes sentiments ? Toi qui es restées auprès de moi tout ce temps sans dormir ni manger. Comment ais-je pu me plaindre de toutes ces douleurs alors qu’à mes côtés la femme que j’aime souffrait doublement ? Mais les choses iront mieux à partir de maintenant, car je te libère de notre serment et te dépose au pied d’une nouvelle existence. Ne pleures plus ma belle et profite de ce vent qui caresse tes joues. Je t’aimerai à jamais et continuerai de veiller à ton bonheur.

J’entends les premières pelletées de terre qui percutent le plafond de ma nouvelle demeure ; cette petite boîte de bois contenant ce qu’il reste de moi. Ces gens qui n’ont eu de cesse de laisser s’échapper leur tristesse étaient tout simplement des amis venus me rendre un dernier hommage. Ton parfum commence finalement à disparaître, mais je sais que tu es toujours au dessus de moi, maudissant le vie pour m’avoir arracher à tes bras au détour de cette route. Ne te renferme pas dans la haine et accepte ma mort comme j’accepte que je ne puis plus vivre avec toi. Je devrais déjà être loin ; je ne devrais plus ressentir ce que je ressens ; mais notre amour fut si fort que mon âme s’y est accrochée quelques jours durant.

Il est maintenant temps que je m’en aille, te laissant lâchement derrière moi et espérant que tu pourras un jour oublier que je t’ai tant aimé. Cependant, garde toujours une petite pensée pour moi ; quelque chose de léger que tu te remémoreras uniquement lorsque tu le pourras. Certaines nuits, j’apparaîtrai peut-être encore dans tes rêves avec un large sourire dessiné sur mon visage ; c’est ainsi que je veux que tu te souviennes de moi.

Bonne vie mon amour et fais de doux choix

Ton prince


13 jan

…..::::: Lettre 4 sur 5 : la peur :::::…..


Mon amour,

je ne te comprends pas. Qu’elle est la raison de ce silence ? Lorsque je t’ai quitté pour prendre la route il y a quelques jours, nous étions l’un dans les bras de l’autre et nous échangions des mots remplis d’espoir et de tendresse ; alors pourquoi donc ne me donnes-tu plus aucune nouvelle ? Je pense à toi lors de chaque seconde qui passe et j’ai si mal que je reste enfermé dans cette petite pièce d’où toute véritable lumière est absente. Mon cœur lui-même semble avoir cessé de battre, laissant place à une brulure incessante m’apportant une douleur comme jamais je n’aurais pu l’imaginer.

Ton parfum m’entoure constamment, comme pour me rappeler à quel point je suis pathétique et éperdument amoureux de toi. De plus, même si je ne les vois plus, je continu d’entendre les voix de ces gens, si tristes, si perdues et si compatissantes. Le soleil se voile de plus en plus et j’ai la sensation d’atteindre les abysses de mon existence. Qui regardes-tu en ce moment ? Qui écoutes-tu ? Qui peut bien avoir pris cette place qui était mienne auparavant ?

Je ne veux point cesser de t’écrire, car ces mots que je couche sur le papier restent ma seule et unique arme face à l’oppression de cette solitude. Je voudrais tant que ce malêtre s’arrête et que tes mains viennent se poser sur mon visage agonisant. Je pourrais alors laisser couler des larmes de bonheur plutôt que ces larmes d’acide qui transpercent mon âme. Je ne parviens plus à trouver le sommeil et ton visage disparaît de plus en plus derrière cette épaisse fumée noir qui ricane de me voir dans cet état. Par pitié, pense à moi.

Bonne nuit mon amour et fais de doux rêves

Ton prince


Page 2 sur 20123451020>>